Le rock’n’roll est un genre de musique spécifique : elle est à la fois entraînante, captivante et motivante. Cela ne rend pas indifférent les adeptes de ce type de musique. Mais à part ces spécificités, cette musique peut provoquer des effets sur le corps de celui ou celle qui l’écoute.

Une étude pour déterminer les effets du rock’n’roll sur le corps

Parlons ici d’une étude des chercheurs anglais pour déterminer les effets du rock’n’roll sur le corps. Ces chercheurs ont pris 352 visiteurs d’un festival de science et leur ont demandé de jouer à Docteur Maboul. Le concept de ce jeu est simple, il fallait retirer à l’aide d’une pince les parties du corps d’un patient sans toucher les bords métalliques du corps. Chaque participant devait avoir un casque sur les oreilles où il est diffusé soit une œuvre de Mozart, soit la chanson rock Thunderstruck du groupe AC/DC, soit le son d’un bloc opératoire. A la fin de cette expérience, les chercheurs ont remarqué que les lorsque les hommes écoutaient la musique rock’n’roll, ils étaient plus lents et ont fait plus d’erreurs au jeu. Par contre, ceux qui écoutaient Mozart ou le son d’un bloc opératoire s’en sont bien sortie. Les femmes quant à elles n’ont pas été perturbées par n’importe quelle musique. De ce fait, les chercheurs ont avancé que le rock’n’roll écouté à répétition provoque un stress et une libération d’adrénaline.

Expérience sur des musiques en tout genre

Selon une expérience menée par un chercheur en psychologie musicale à Montréal, Robert Zatorre, le cerveau réagissait à la musique comme il réagit aux sources d’addictions comme les stupéfiants. Pour son expérience, il a demandé à des personnes d’écouter l’une de leurs chansons préférées, au casque, plusieurs fois d’affilée. Avec son équipe, il analysa les réactions de cette écoute sur le cerveau avec la tomographie (pour observer quelle zone est chimiquement activée) et la résonance magnétique (pour décrypte la succession dans le temps des activités du cerveau).

Les résultats obtenus

Selon les résultats obtenus, le chercheur à pu observer que le cerveau produit de la dopamine quand on écoute la musique qu’on aime. La dopamine n’est autre que l’hormone de la satisfaction. Il a également pu annoncer que le cerveau anticipe le plaisir. Il prévoit pour cela l’arrivée du moment culminant d’une musique qui provoque un soulagement physique quand elle retentit. Cet effet est appelé un rush.