Constat

L’alcoolisation répétée et massive posent des problèmes de santé, de sécurité et de développement pour les adolescents.

Et pourtant en Bretagne…

– Entre 2008 et 2011, les jeunes ayant été ivres 10 fois ou plus au cours de l’année sont passés de 16 % à 23 % (31 % des garçons et 15 % des filles en 2011, à comparer aux 15 % des garçons et 6 % des filles en France) *

– En 2011, 73 % des garçons et 61 % des filles de 17 ans déclarent consommer plus de 5 verres d’alcool en une seule occasion au moins une fois par mois, ils sont respectivement 39 % et 27 % à déclarer le faire au moins 3 par mois *

– En 2011, 76 % des garçons et 65 % des filles de 17 ans ont déjà connu l’ivresse *

– En 2012, entre 15 et 25 ans, 11 % des jeunes ont perdu connaissance à cause de l’alcool, 12 % ont subi ou regretté des relations sexuelles après avoir bu, et 22 % des garçons ont eu un accident (5 % des filles) **

– En 2007, si 82 % des jeunes bretons de 15 ans déclaraient que leurs parents leur interdisaient de consommer du cannabis, seulement 18 % déclaraient subir la même interdiction pour l’alcool.

Objectif

De ce constat, il nous est apparu urgent d’innover dans les outils de prévention auprès des adolescents. Au delà de l’approche cognitive, d’assimilation de connaissances des risques liés à la consommation d’alcool et des autres produits psychotropes, il nous parait primordial de les aider à développer un savoir-être dans les moments de fête et de consommation de produits, de les aider notamment à améliorer leur capacités à prendre eux-mêmes en charge la réduction des risques générées par leurs pratiques.

Le développement des compétences psycho-sociales des adolescents est pour nous un moyen efficace de lutter contre les dangers de l’alcool et autres produits psychotropes.

Nous avons conçu une action de prévention qui parle objectivement des réalités festives des jeunes aujourd’hui, sans jugement moral et avec bienveillance sur leur besoin de « faire la fête ». C’est le but du documentaire ethnographique « GUS ». La projection du documentaire est systématiquement suivi d’un échange entre jeunes et adultes sur leur propre vécu festif.

Il apparait également urgent de mieux informer les parents sur la réalité et l’évolution des pratiques festives juvéniles, et de les accompagner, par une réflexion collective sur leurs propres expériences, vers un meilleur dialogue et une relation parents/enfants plus adaptée aux réalités des pratiques.

Méthodologie

Le documentaire GUS de 48mn donne à voir les pratiques festives juvéniles, et à entendre les jeunes en parler avec leurs mots, leur subjectivité et leurs doutes. Ces jeunes que l’on suit dans leurs soirées, ont été sélectionnés d’après la typologie des profils de fêtards établie par le sociologue Christophe Moreau. Le spectateur peut ainsi s’identifier à l’un ou l’autre des profils, et être interpelé par les prises de risque évoquées, et les messages de prévention adressés plus particulièrement à chaque profil. Cette distinction des profils, le réalisme des images, la sincérité émouvante des témoignages font réagir les spectateurs, les touchent ou les bousculent.

L’action de prévention « GUS » est proposée aux lycées, aux associations de parents d’élèves et aux collectivités. Elle comprend la diffusion du documentaire, et un débat avec les élèves ou les adultes. Un membre de Jeudevi vient animé le débat, accompagné par un binôme d’adultes référents locaux, formés préalablement à l’action. Pour chaque action est réalisé un document présentant les personnes et organismes ressources sur le territoire. Un prolongement de l’action est possible grâce à des bonus sur un second dvd, permettant de revenir sur les profils grâce à des témoignages inédits et une présentation détaillée par Christophe Moreau de chaque profil et des risques qui y sont liés.